Giovanni Allevi

EVOLUTION

  • Foglie di Beslan

    1
  • Whisper

    2
  • Keep Moving

    3
  • A perfect day

    4
  • Come sei veramente

    5
  • Angelo Ribelle

    6
  • Corale

    7
  • Prendimi

    8
  • 300 anelli (1ma parte)

    9
  • 300 anelli (2da parte)

    10

Dix compositions pour plus de cinquante minutes de Musique classique contemporaine qui s’annonce comme « révolutionnaire »
L’album est réalisé avec la précieuse et prestigieuse collaboration de l’Orchestre symphonique « I Virtuosi Italiani » et dont Giovanni est protagoniste dans son rôle d’auteur des musiques, de pianiste et de chef d’orchestre.

« Emporté par la musique, j’abandonne toute défense et fragile et émotive, je regarde le monde avec le cœur d’un enfant. Mon évolution atteint ici l’ingénuité et l’enchantement sublime. »

GIOVANNI ALLEVI RACONTE « EVOLUTION »

Evolution est l’inévitable évolution à laquelle la musique doit se confronter, et avec elle, l’approche à un nouvel état émotif.

Dans cet instant précis, la musique qui frappe dans ma tête a commencé à prendre les formes et les timbres d’un orchestre symphonique, et moi, qui lui doit une dévotion absolue, je l’ai fidèlement reportée sur une partition, comme elle s’est présentée, sans aucune possibilité de choix. J’ai consacré les quatre dernières années à ce travail, souvent en me causant des problèmes relationnels, parce que la musique dans ma tête ne me laisse aucun répit, même pendant mes concerts en piano solo.

Suivre cette musique avec l’esprit et avec le cœur a permis que l’angoisse et l’inquiétude, qui logent désormais constamment dans mes pensées, puissent trouver une collocation juste dans la perception que j’ai de moi, en transformant les sensations négatives en une joie d’être authentique et profonde.

Mon évolution me reconduit à l’enfant enchanté que j’ai été, et ma musique étant sans mots ou explications, elle contient la possibilité que ce parcours évolutif « inverse » puisse être partagé par tous.

C’est ainsi que l’« Angelo Ribelle », qui est en chacun de nous, avec le concours de ces notes, puisse capter le vol, en se libérant des chaînes du quotidien qui, sournois, nous fait oublier nos ailes ; tout comme notre cœur est secoué du tumulte poignant de « Foglie di Beslan » du moment que, toute résistance à part, nous nous rendions émotionnellement vulnérables à la Musique.

L’évolution vers l’enfant trouve son comble dans « 300 Anelli », une « comptine de science-fiction », le morceau le plus complexe et simple à la fois de tous.
« EVOLUTION » est un geste de courage, de la part de ceux qui, avec force, décident de choisir pour le présent et le futur, plutôt que de rester à l’abri de l’immobile complaisance d’un passé glorieux. Je suis conscient et convaincu que le contemporain – le « maintenant » – possède des éléments musicaux inédits, inimaginables encore au siècle dernier, et que personne n’a jamais encore vécu avant nous. Les compositeurs contemporains doivent donc faire en sorte que leur temps puisse être lu à travers leur art, tout comme l’ont fait « les grands » par le passé, dans « leur temps ».
La musique d’« EVOLUTION » poursuit l’idéal d’une nouvelle beauté, reconnaissable par tous, qui se soulève des cendres de la dissolution linguistique du dodécaphonisme et de l’a-tonalité avec l’utilisation, dans le langage symphonique, d’éléments rythmiques et mélodiques de notre temps.
Le protagoniste absolu d’« EVOLUTION » est l’Orchestre symphonique, qui s’exprime selon ses multiples possibilités de timbres, dans les croisements rythmiques et dans son caractère polyédrique du contrepoint. L’Orchestre d’« EVOLUTION » ne jette pas l’éponge séduite par la pop, mais avec un effort technique, esquisse les limites d’une nouvelle Musique classique contemporaine, en reproposant, avec des termes nouveaux, les valeurs de la tradition, sans ajout d’instrument et de moyens technologiques historiquement impropres. L’Orchestre symphonique d’« EVOLUTION » conquiert le présent avec ses seules forces d’« instrument acoustique complexe ».
La musique d’« EVOLUTION » est « perçue » parce qu’elle ne peut pas faire abstraction de la complexité du langage écrit et du talent académique des musiciens, mais notre temps étant sous le signe d’une maturité collective, il est fort probable que nombreux sont ceux qui peuvent partager les contenus, en considérant par conséquent, ses notes « pop », proches de l’écoute commune.

Qu’est-ce que la musique d’« EVOLUTION » n’est pas (pour Giovanni Allevi)

Cette musique n’est pas une musique « pour film », puisqu’elle naît de la courageuse exigence d’être indépendante de tout élément extramusical (en premier, images de films ou de contenus narratifs ou descriptifs). Même s’il est fort probable que, une fois entrée dans l’existence, elle puisse prendre les formes les plus variées, une vie autonome, les parcours futurs étant imprévisibles. Mais à l’origine, la musique d’« EVOLUTION » trouve en elle-même sa propre raison d’être, et n’a pas besoin d’autre chose que soi pour acquérir de la force. C’est de la musique pure.
Ce n’est pas de la musique « Minimaliste », puisqu’elle fuit la réitération excessive, mais est une expression d’un changement interne incessant. Cependant, le minimalisme est le courant d’origine américaine qui laisse le plus son propre écho dans « EVOLUTION », étant le dernier monde musical duquel prendre ses distances, pour réaffirmer avec force, un style mélodique et de composition au caractère européenne.
Ce n’est pas de la musique « New Age », puisqu’elle ne cherche pas la sérénité, mais trouve dans le conflit, dans l’irrégularité rythmique et dans la grande tension interne, sa force de propulsion.
Ce n’est pas de la musique de « contamination » ou « crossover », puisque le sens structurel, horizontal, de son langage ne contemple pas la proximité des genres différents, mais affirme le développement rigoureux et de composition des idées musicales, selon les critères de la musique cultivée européenne.

Qu’est-ce que la musique d’« EVOLUTION » (pour Giovanni Allevi)

Evolution

C’est une nouvelle Musique classique contemporaine, qui à travers les instruments de la tradition classique, de l’écriture et de l’organique symphonique, capte le sens d’un ressenti actuel, frais et inédit.

Les traits typiques du contemporain, qui ne sont pas prévu dans la précédente lecture symphonique, se rencontrent surtout dans la rythmique (« 300 anelli – partie II »), dans la force de percussion et dynamique des basses (« A perfect day »), alors que l’élan romantique et l’intensité mélodique (« Foglie di Beslan », « Angelo ribelle », «300 anelli – partie I ») trouvent leurs racines dans une sensibilité tout italienne et européenne.

L’écriture orchestrale est en contrepoint (dans « Whisper », dans les jeux polyrythmiques de « Keep Moving » ou dans le « Corale », à cinq voix).

Tout cela parce qu’« EVOLUTION » privilégie la décomposition polyédrique du langage, dans ses innombrables encastrements rythmiques, et cherche également le sens du beau dans la tridimensionnalité des expositions mélodiques, en comptant sur une grande variété de timbres. Pour cela, écouter « EVOLUTION » est un plaisir de l’esprit, en plus de celui du cœur.

La musique d’« EVOLUTION » est une musique nouvelle, là où le nouveau est la reproposition, par des mouvances inédites, des valeurs du passé, parce qu’on ne peut pas dire quelque chose de significatif pour le futur si l’on n’a pas profondément compris l’histoire d’où nous venons. Le nouveau est le fruit de l’évolution et non de la drastique révolution.

La musique d’« EVOLUTION » conquière la sérénité en passant par le conflit et la tension, atteint l’ivresse dans l’élan virtuose et dans l’irrégularité rythmique. L’angoisse ne fuit pas, mais elle est englobée et surmontée pour être transformée en passion et en énergie. C’est de la musique émotive.

« EVOLUTION » est un projet très ambitieux : remettre au centre l’expression musicale instrumentale en Italie, après la colonisation allemande dodécaphonique du XX ème siècle, et l’hégémonie américaine du minimalisme. Elle est l’espoir que le talent musical italien et européen inné résiste au nivellement banal des idées vers lequel le monde semble vouloir se diriger.

Avec « EVOLUTION », le compositeur contemporain de musique pure revient à un rôle socialement reconnu, sa musique étant un pont direct vers l’esprit du propre temps.